Avenirs ruraux – Travail des Jeunes en zone de grande ruralité

Ils ont entre 18 et 34 ans travaillent et vivent dans le nord de la Bourgogne et de la Champagne (Côte-d’Or et notamment le Châtillonais, l’Yonne, la Haute Marne) autrement dit dans des zones de grande ruralité. Avec près de 15 % de la population active au chômage la plupart des jeunes de ces régions partent vivre dans les centres urbains de Bourgogne ou d’ailleurs. Qui sont alors ceux qui restent ? Qu’y font-ils ? Qui est cette jeunesse finalement invisible aux yeux du paysage médiatique français ? C’est ce que ce projet photographique se propose de traiter en montrant ces jeunes ruraux dans leur environnement professionnel et dans leur milieu de vie quotidien baigné de cette ruralité aux vastes étendues de champs, de bois et de forêts. Des images qui dessinent l’avenir d’une région où les notions de territoire, de terroir et d’environnement sont plus que jamais d’actualité dans cette France des campagnes toujours en mouvement.

Thibault, 21 ans installe a son compte depuis 5 mois comme arboriste-grimpeur, alagueur dans une commune de Cote d Or de 800 habitants dont il est egalement natif.

Melanie, professeure d'agronomie et assistante d education dans un lycee agricole.

Melanie, professeure d'agronomie et assistante d education dans un lycee agricole et Damien, son compagnon, salarie chez un cerealier. Tous deux sont issus de familles d agriculteurs.

Jeune eleveur de vaches laitieres dans stabulation avec meule de paille et vaches

Vache laitiere de race Prim Holstein

Portrait d un jeune eleveur de vaches laitieres de race brune.

Caroline, 25 ans, aide soignante au centre hospitalier de Semur-en-Auxois et pompier volontaire dans la commune de Laignes ou elle reside depuis l'age de 8 ans. Caroline est nee a Paris.

Damien, 31 ans, fils et petit fils d’agriculteurs et d’eleveurs dans le Chatillonais, est depuis 8 ans salarie agricole chez un important cerealier cultivant 420 hectares de cultures conventionnelles (principalement blé, orge, colza). Avec en poche un Bac Pro et un BTS de Production et Technologie végétale, il est parfaitement autonome dans son travail et ses patrons (deux associes) le laissent la plupart du temps gérer seul l’ensemble de leurs terres agricoles. Sa petite amie est quant à elle professeur d’agronomie dans un lycee agricole.