Marie-Claude, Chronique Paysanne

Une Vie de Labeur, Chronique paysanne du XXIème siècle.

Villemervry est un village discret de 35 habitants perdu au milieu des bois de la commune du Vals-des-Tilles situé à 45 minutes à l’Est de Dijon. C’est là qu’est née Marie-Claude, agricultrice de 38 ans, au sourire indéfectible malgré la vie de labeur qu’elle mène depuis plus de 10 ans après avoir repris la ferme de ses parents et s’être associée avec son oncle Régis pour faire vivre le GAEC de la Vallée du Nivernais, exploitation familiale mixte de 70 vaches laitières et 200 hectares de fourrage et céréales. Ici, l’aventure est à l’autre bout du pré quand une vache s’évade dans les bois et qu’on ne la retrouve qu’une semaine plus tard. Ici encore, tout est décor de cinéma, de la salle de traite avec ses toiles d’araignées qui semblent centenaires aux pièces à vivre des maisons d’habitation dont les papiers peints noircis par les émanations du poêle à bois se marient parfaitement avec le sol « couleur brut patinée» de pas lourds et fatigués.

Avec Marie-Claude, se succèdent donc les temps de la ferme qui, au fil des saisons, laissent leurs marques d’usure imprégnant sournoisement les murs et les objets comme les corps et les visages de ces héros ordinaires bien trop occupés à leur ouvrage quotidien pour se soucier des apparences. Car, malgré les corps harassés et parfois malades, ces temps de la ferme s’écoulent et doivent s’écouler, coûte que coûte. C’est comme ça, Marie-Claude n’envisage plus sa vie autrement. Son frère Jean-Luc est parti travailler dans une entreprise de plastique, elle, vit avec ses parents, Sylviane et Alain – officiellement retraités de l’exploitation – dans leur maison familiale, entourée des bâtiments où sont logées les bêtes. Il n’y a que la route à traverser pour découvrir la maison de la grand-mère Françoise, récemment diagnostiquée Alzheimer. Son fils Regis, vit quant à lui avec sa compagne Tiphanie à quelques mètres dans une autre maison familiale. Ils viennent d’avoir un enfant, Morgan.