ESPECES MENACEES / ESPECES CONSERVEES

ESPECES MENACEES / ESPECES CONSERVEES  

Along the sand, Chinese diptychs

LE LONG DU SABLE – Diptyques chinois. Du désert de Gobi (Province du Gansu), région en pleine transition énergétique à la plage de Beidaihe, station balnéaire à 300 km de Pekin. Mise en perspective de deux mondes, rencontre de différentes temporalités. De l’industrialisation avec l’accession à la société des loisirs aux enjeux climatiques d’aujourd’hui (développement des énergies renouvelables et désertification du territoire chinois).

Aux portes du desert de Gobi, le Fort de Jiayuguan datant de la dynastie Ming, est surtout connu des touristes chinois pour marquer la fin de la Grande Muraille. A partir de 1958, la petite ville de Jiayuguan située un peu plus au sud entre dans une ère nouvelle quand l’industriel JISCO (Jiuquan Steel and Iron Group) s’y installe pour devenir aujourd’hui le premier producteur de fer et d’acier du nord ouest de la Chine. Principal employeur et moteur économique de cette ville et de sa préfecture de 120 000 habitants , l’acierie et ses activités dérivées sont omniprésentes dans le paysage urbain: ouvriers à vélo électrique et en bleu de travail, habitants des cités faisant leurs exercices physiques devant les fumées des cheminées d’usine, bâtiments industriels érigés tels des monuments comme les statuaires glorifiant l expansion économique et touristique récente de la ville…. Par ailleurs, malgré les pénuries d’eau dues a son importante utilisation industrielle, les activités agricoles sont bien présentes et c’est principalement sur les 2 grands marches de Jiayuguan que les habitants viennent se ravitailler.

The Future of Lanzhou – Urbanization in the Chinese North West

Située sur l’ancienne Route de la Soie, au Nord-Ouest de la Chine, Lanzhou, capitale de la province du Gansu, suffoque. Construite au milieu de terres arides et désertiques, à 1600 mètres d’altitude sur pas moins de 20 km le long du fleuve Jaune (Huang He), Lanzhou est le plus important centre industriel du Nord-0uest chinois depuis les années 50. Elle compte aujourd’hui parmi les villes les plus polluées de Chine. Coupée en deux par le Fleuve Jaune et entourée de montagnes, avec ses quelques deux millions d’habitants, Lanzhou ne peut plus grandir et poursuivre son développement économique. La densité d’habitants au Km 2 est en effet la même qu’à Pékin…sauf que nous sommes dans l’Ouest qui représente 56% du territoire chinois sur lequel vit seulement 11% de sa population. L’espace à conquérir est donc encore immense. Le projet de déplacer la population de l’Est chinois vers l’Ouest pourrait devenir bien réel au travers de ces deux projets d’urbanisation en cours: Lanzhou New Area – pole commercial et ville résidentielle à 70 km au nord de Lanzhou initié en 2010 – et Bi Gui Yuan, future nouvelle ville à l’allure orwellienne à moins de 5 km du centre de Lanzhou dont les travaux ont commencé en 2012. Mais, nous sommes en zone désertique, un environnement naturellement hostile à l’installation de l’homme, et les montagnes de loess (terre jaune argileuse caractéristique de la Chine du Nord) constituent l’essentiel du paysage. Aussi, pour parvenir à faire sortir de terre ces dizaines de forêts d’immeubles et ces routes qui n’en finissent pas de partir toujours plus loin dans les terres sablonneuses, des centaines de montagnes ont été arasées, donnant à ces projets des accents herculéens d’autant plus fous que leurs décideurs n’ont pas tenu compte de l’avis des experts mettant en garde contre le manque de ressources naturelles sur ces terres arides et les conséquences négatives au niveau environnemental: déséquilibre de l’écosystème et de la biodiversité, érosion des sols, poussières de sables venant s’ajouter à la pollution de l’air de Lanzhou…sans compter les problèmes d’irrigation et les projets de dérivation mis en oeuvre pour y remédier….. Qu’importe ! Pour les autorités locales et les investisseurs, l’enjeu est d’attirer les futurs acheteurs en leur vendant le rêve occidental d’une vie meilleure dans des espaces verts et des habitats écologiques. Face à ces projets et investissements titanesques, villages paysans et terres agricoles ne pèsent pas lourds puisqu’ils disparaissent petit à petit à coups de pelleteuses en contrepartie de dédommagements financiers. La paix sociale est ainsi préservée. Après avoir accepté d’abandonner leur terre et, le plus souvent leur maison, les paysans sont indemnisés par le gouvernement et relogés gratuitement dans de nouveaux villages ou appartements. Les plus âgés touchent une pension et certains des plus jeunes deviennent ouvriers…dans le bâtiment…A suivre

Demonstrations Paris  2017-2020

Demonstrations Paris 2017-2020 Paris, Place de la Republique, 18 fevrier 2017. Rassemblement contre les violences policieres, en soutien a Theo, victime d un viol presume pendant une interpellation a Aulnay-sous-Bois.Marche pour revendiquer la[...]

Marie-Claude, Chronique Paysanne

Marie-Claude, Chronique Paysanne Une Vie de Labeur, Chronique paysanne du XXIème siècle. Villemervry est un village discret de 35 habitants perdu au milieu des bois de la commune du Vals-des-Tilles situé à 45[...]

Mémoires d’Enfances Exilées – Histoire des Enfants de la Creuse

L’histoire dite des « Enfants de la Creuse » nous ramène quelques cinquante ans en arrière quand des enfants réunionnais ont été transplantés dans 83 départements (dont 10% dans la Creuse) par les autorités françaises au prétexte de repeupler les départements ruraux métropolitains et d’apporter une solution à la pauvreté et à la surpopulation de l’Ile de la Réunion. Entre 1963 et 1984, ce sont donc quelques 2015 mineurs réunionnais qui ont été transplantés par les services sociaux de La Réunion en métropole. Déclarés pupilles de la nation, beaucoup avaient en réalité des parents à qui les services sociaux ont fait signer des déclarations d’abandon de leur propres enfants. Les parents sont la plupart du temps illettrés et font partie des familles les plus pauvres de l’Ile. A cause de ce mensonge institutionnalisé certains enfants ne reverront jamais leur île alors qu’ils étaient supposés partir étudier en France et revenir régulièrement pour les vacances… Comment ces personnes qui ont aujourd’hui entre 50 et 70 ans – pour celles qui ne sont pas décédées ou qui ne se sont pas suicidées – tiennent-elles debout ? Comment les plus jeunes qui ont été exilés au milieu des années 70 afin d’être adoptés en métropole dans des familles qui la plupart du temps se sont montrées aimantes, ont-ils découvert leurs origines et retrouver des membres de leur famille biologique ? Comment se passent les retrouvailles avec les membres de leur famille biologique que certains rencontrent pour la première fois en France métropolitaine ou à La Réunion ? En avril 2018, une commission parlementaire a rendu un rapport d’étude au Ministère des Outre-Mer précisant que sur les 1800 ex-mineurs réunionnais aujourd’hui vivants, seules 150 personnes sont connues et savent qu’elles font partie de cette politique de migration forcée. Il est fort probable que la grande majorité des 1650 autres personnes ne se manifestent pas tout simplement parce qu’elles méconnaissent leur statut…La reconstruction de cette page de l’histoire de France ne ferait-elle ainsi que commercer ?

Huguette the Power #1 – Le Grand Rex

Huguette The Power – “la chorale du 3e age qui vous redonne une seconde jeunesse » – aussi étonnante qu’euphorisante, réunit une soixantaine de personnes venant de 4 EHPAD différentes, d’un foyer logement de Mayenne et d’un EDI (Espace de découverte et d initiative). La moyenne d’âge est de 85 ans. Créée en 2016 par le musicien Pierre Bouguier, chef de chœur et directeur artistique du projet, à la demande du Festival de musiques actuelles mayennais au Foin de la Rue, les Huguette ont donne plusieurs concerts dont un au Grand Rex de Paris, en mars 2018, dans le cadre de l événement Silvernight.

Les Innommables

Les Innommables LES INNOMMABLES Texte Jean-Paul GAVARD-PERRET, poète et critique littéraire J'ai toujours eu l’intime conviction que les images parlaient avant moi; comme une forme d’expression qui de toute façon me dépassait d’autant[...]

TRAVEL

TRAVEL Etats-Unis, Sequoia ParkPrince Royal's College, Chiang Mai. Private christian school from elementary to college, US origin.Myanmar 2014 - Local public transport, Mandalay, along Irrawaddy River;Birmanie, Lac Inle, THE LAE OO VILLAGE. Groupes[...]